Mettre au monde

Donner naissance, mettre au monde…

A mon sens, c’est la plus belle promesse qui soit. Une promesse de vie, d’amour, de bonheur. C’est une chance immense, que certaines n’ont malheureusement pas. 

Une naissance, c’est l’inconnue la plus totale. Pour nous toutes, que l’on ait des enfants ou pas. C’est l’élément sur lequel nous n’avons aucune emprise. Alors, on l’imagine. On se fait des dizaines de scénarios. On l’idéalise. On le redoute et on s’inquiète. On nous demande si ca sera « avec » ou « sans péri ». 

Avant d’être maman, j’avais peur. Peur de cette douleur si insurmontable dont on m’avait tant parlé. Et puis, j’ai eu mes filles. Maintenant, je n’ai plus peur. Je dois même avouer que c’est un moment que j’ai hâte de revivre. 

On nous dit tellement de choses sur l’accouchement. Tellement de choses horribles, et si peu de belles choses… Alors, je vous livre ma vérité sur la naissance. 

Oui, mon accouchement a été douloureux mais ce n’était pas une boucherie. Cela peut paraitre insurmontable mais ça ne l’est pas. Tout ce que l’on m’avait dit s’est écroulé. Personne ne m’avait dit que je pourrais y arriver sans péri. Personne ne m’avait dit à quel point on pouvait se sentir fière de mettre au monde son bébé toute seule, que j’allais enfin avoir confiance en moi. Personne ne m’avait dit que je pouvais me surpasser. Que je donnerai tout pour toi. Que pour toi, tout était possible.

Personne ne m’avait dit que l’on ne connait véritablement le bonheur qu’à partir de ce jour là. Que l’amour prend tout son sens ce jour-là. Personne ne m’avait dit qu’on est submergée d’émotions au point que plus rien ne compte. Personne ne m’avait dit que la douleur disparaissait instantanément quand tu serais là. Que j’oublierai la puissance de cette douleur. Je me souviens très bien que la douleur est vive, intense, mon cerveau le sait, mais mon corps a tout oublié. Personne ne m’avait dit que j’aimerais revivre ce moment mille fois si je le pouvais. Que je pourrais recommencer demain avec plaisir. Que j’aurais hâte d’y être à nouveau. Personne ne m’avait dit à quel point on se sent mère à ce moment-là, ni à quel point on se sent accomplie.

Ce que je retiens avant tout ce n’est pas la douleur, c’est de t’avoir accompagnée dans ta venue au monde. C’est les efforts que l’on a fourni toutes les deux pour que tu sois là. C’est cette perte de contrôle qui nous donne l’impression que notre propre corps ne nous appartient plus, et en même temps, le sentiment qu’on  n’a jamais été aussi à l’écoute de son corps. Ce sentiment de toute-puissance parce que notre corps est capable de le faire, comme s’il l’avait fait des dizaines de fois, comme si c’était inné. C’est notre rencontre à nous trois. C’est les étoiles dans les yeux de ton papa et dans les miens. C’est toi tout contre moi. C’est la joie. C’est tes yeux dans les miens. C’est l’amour débordant, le bonheur immensément grand. C’est se sentir pleinement en vie.

Tout ça, j’aurai voulu le savoir, l’entendre avant d’accoucher moi-même. J’aurais eu moins peur, j’aurais profité de ce moment aussi précieux. Je vous aurais accueillies plus sereinement. Alors, je vous le dis mes filles, mettre au monde c’est un cadeau. C’est se sentir en connexion avec son bébé, l’accompagner pour l’accueillir. C’est se surpasser, tout donner pour ce petit être. C’est être envahie par énormément d’émotions. C’est magnifique. Vous avez le pouvoir de donner la vie, de mettre au monde. C’est un don, une chance immense. N’ayez pas peur. Vivez chaque instant de ce moment intense. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire