Chaque jour est une chance, aujourd’hui est un miracle.

Déjà la veille, je l’avais senti. J’avais dit à ton papa que les contractions n’étaient pas comme d’habitude. Qu’il devait se tenir prêt. Et puis, je t’avais dit que tu pouvais arriver quand tu voulais, que ton papa serait à la maison pendant trois jours. Qu’on était prêts. Que l’on t’attendait.

3 heures du matin, j’ai su que le travail se mettait en route. Contractions dans les reins, c’était le signe que c’était imminent. Impossible de me rendormir. Alors pour une fois, je suis la première debout. Au début, pas de douleur, juste ce tiraillement dans les reins. Puis, les contractions se rapprochent. Toutes les dix minutes. Puis elles s’intensifient. Obligée de m’arrêter quand elles sont là, de respirer à fond. Je fais le ménage, prends ma douche, et prépare le petit-déjeuner. Les valises sont déjà dans l’entrée. Tout est prêt.

Quand ton papa s’est levé, il a compris. « C’est aujourd’hui ? ». Un peu anxieux, il m’aide au ménage. On prend notre petit-déjeuner tous les trois, tranquillement. Puis, on annonce à BE que l’on va aller chez Mamie et GrandPa parce que bébé va bientôt arriver.

10h30 on dépose BE chez ses grands-parents. Elle est ravie.

11h30 arrivée à la maternité.

11h50 pose de monitoring pendant une demi-heure. 3 cm de dilatation.

12h30 on arrive en salle nature. Je choisis celle avec la baignoire et la sage-femme me fait couler un bon bain chaud. Pendant ce temps, Papa retourne à la voiture chercher les sacs. Le bain me détend profondément. Les contractions s’espacent mais s’intensifient. Papa n’est pas ravi de mouiller la manche de sa chemise mais il me soulage en appuyant fortement sur mes reins à chaque contraction. Avec le recul, je regrette que les sages-femmes n’aient pas pris le temps d’accompagner ton papa dans ce moment si important. Lui dire quoi faire, lui montrer comment me masser pour me soulager. En un mot l’impliquer car c’était notre moment à nous trois.

Les contractions sont vraiment fortes. J’arrive à les gérer grâce à la respiration. Au moment où je demande à Papa d’appeler la sage-femme, je sens et j’entends la poche des eaux qui se rompt. La sage-femme arrive et m’installe. Sur le dos. Je ne me sens pas à mon aise dans cette position mais pas le choix. Là, les contractions sont intensément douloureuses et je perds pied. Je suis complètement dépassée par la douleur et n’arrive plus à la gérer. Ton papa me tient la main, m’encourage mieux que personne, et me fait écouter mon morceau de musique préféré. Il a réussi à m’apaiser (et à cet instant précis, ce n’était pas gagné). Je respire maintenant correctement et me concentre sur ton arrivée.

Les sensations sont incroyables. Je sens que tu arrives, que tu es bientôt là. C’est comme si je n’avais plus le contrôle, que mon corps faisait le travail et que tu avançais toute seule. Et en même temps, je n’aurai pas su dire où le travail en était, si c’était bientôt fini ou pas. J’ai été la première surprise de te voir que c’était déjà fini, que tu étais là, parmi nous. Il est 14h25 et tu es sur mon ventre, dans mes bras. C’est le plus beau jour qui soit. Le plus beau cadeau.

Je suis amoureuse de toi, de tout mon cœur, de tout mon être. Tu es ma petite merveille.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire